Situation d’enquête. Sandrine Teixido au Rancho Verde avec Joanir Felipe. Niterói. Octobre 2019.

Le 7 avril 2010, un glissement de terrain fait 48 morts et 267 disparus. Cette catastrophe est plus connue sous le nom de « tragédie du morne du Bumba ». Le terrain présenté ici combine recherche anthropologique et artistique afin de mieux appréhender cette tragédie mais également toute la complexité du « Bumba », quartier périphérique, ancienne décharge publique et lieu d’une micro-initiative muséale, le Casa Museu Rancho Verde. Je montre de quelle manière la recherche se déplace d’une collecte des données sur la tragédie vers une saisie sensible des alertes sonores de la catastrophe pour finir par une appréhension du Bumba comme lieu de vie. L’œuvre d’art brut d’un des habitants du quartier, Seu Hernandez, – qui a donné lieu à la création de la Casa Museu Rancho Verde – à partir des déchets de la décharge désactivée, me permet d’explorer la manière dont les objets, les déchets et les substances cohabitent avec les humains et d’établir les bases d’une anthropologie métabolique qui s’intéresse aux échanges d’un monde plus-qu’humain. Enfin, je porte mon attention à la vie des récits, qu’ils soient extérieurs ou intérieurs au Bumba et à la manière dont eux-aussi s’insèrent dans le flux d’un monde en constante décomposition et recomposition.  

A lire : Revista MESA